Share/Bookmark
[archive cinéma]
Bee movie -drôle d'abeille

genre: divers


réalisateurs
Simon J. Smith, Steve Hickner

  • Sortie le 12-12-07

    infos: Genre : film d'animation. Durée : 1h35.


critique
+___ L'abeille aurait pu piquer plus fort

Affiche Affiche Vanessa (Renée Zellweger en V.O., Dorothée Pousséo en V.F), la fleuriste, suivie de très près par Barry Be Benson l'abeille (Jerry Seinfeld/Gad Elmaleh) Vanessa (Renée Zellweger en V.O., Dorothée Pousséo en V.F), la fleuriste, suivie de très près par Barry Be Benson l'abeille (Jerry Seinfeld/Gad Elmaleh)

Forum
Soyez le premier à donner votre avis
[critique]

+___ L'abeille aurait pu piquer plus fort

par Anne Eyrolle le 07-12-07

Shrek n'a pas fini sa tournée des cinémas que le nouveau né des studios Dreamworks vient lui piquer la vedette. On troque du vert pour du jaune et noir : c'est l'abeille Barry Bee Benson qui débarque, le dard gonflé à l'humour absurde et cynique signé Jerry Seinfeld. Le maître de la stand-up comedy new yorkaise, véritable légende outre Altantique avec son sitcom éponyme, mentor de nos meilleurs comiques dont Gad Elmaleh et Jamel Debbouze : Seinfeld, donc, s'engage enfin à fond dans un scénario pour le cinéma. C'est dire si elle était attendue, cette abeille comique.

Et évidemment, elle est aussitôt adoptée. Elle et ses amis de très haut vol - Chris Rock, notamment, qui donne sa voix et son humour caustique à un moustique hilarant, les pastiches de Sting ou Larry King dans leur propre rôle... De quoi récompenser l'attente...

Même si les inconditionnels de Jerry Seinfeld pouvaient attendre plus. L'aventure de Barry Bee Benson manque sérieusement de folie et d'originalité. L'abeille qui refuse son sort de travailleuse à vie dans la ruche aliénante et qui décide de s'échapper pour découvrir le monde des humains : inutile de s'appeler Jerry Seinfeld pour penser à une situation aussi classique. Et que cet insecte se lie d'amitié avec une jolie fleuriste immédiatement heureuse de faire la connaissance d'une abeille parlant sa langue : il y a de quoi tiquer. Certains diront : l'absurde, le surréalisme, c'est du Seinfled tout craché. En effet. Sauf qu'un film d'animation est le dernier espace où s'adonner à ce genre de délire, si l'on veut rendre l'histoire un brin crédible.

Autre hic : le propos écolo, un tantinet lourdingue et carrément inutile. Trop politiquement correct pour ne pas décevoir les amateurs de l'impertinence Seinfeldienne.

Mais ce sont sans doute là des pinaillages de fan qui aurait voulu plus, encore plus de Seinfeld. Reste qu'entendre, au cinéma, sa voix qui vrille dans les aigûs au moindre excès de délire, c'est déjà du plaisir... L'abeille aurait pu piquer plus fort, mais elle s'attaque enfin au grand écran et c'est déjà beaucoup.