Share/Bookmark
[archive cinéma]
Coupable

genre: divers


réalisateur
Laetitia Masson
comédiens
image disponible Denis Podalydès, Jérémie Rénier, Amira Casar, Hélène Fillières, Anne Consigny

  • le 27-02-08

    infos: Genre : drame - policier. Durée : 1h47.


critique
+___ La faute à qui?

Affiche Affiche Jérémie Renier et Amira Casar, couple au bord de la crise de nerfs. Jérémie Renier et Amira Casar, couple au bord de la crise de nerfs. Marc Barbé et Hélène Fillières: le point de départ d'une intrigue difficile à avaler Marc Barbé et Hélène Fillières: le point de départ d'une intrigue difficile à avaler

Forum
Soyez le premier à donner votre avis
[critique]

+___ La faute à qui?

par Anne Eyrolle le 20-02-08

Qu'est-ce que le désir? Le manque, comme le dit Platon, condamnant, de fait, l'homme à une quête éperdue de cet autre, sa moitié, qui le complètera? Ou au contraire la puissance, tel que le propose Spinoza, puissance d'aimer et de vouloir que l'autre existe pour ce qu'il est ? En voix off, les réflexions du philosophe Michel Onfray caressent les images d'une nature crépusculaire et vertigineuse. Le nouveau film de Laetitia Masson commence par l'expérience d'un état de grâce. Instant flottant et puissant, qui laisse présager un cinéma d'émotion juste. Impression confirmée par les témoignages qui suivent, en gros plans: des couples au bord de la séparation, racontent à la caméra la rencontre, la passion, puis la lassitude, les habitudes qu'on a d'abord rêvé de partager et qui ont fini par tuer le désir... La réalité de l'amour saisie simplement.

Et puis, lentement, sournoisement, comme ces couples, ça dégénère. Le scénario se lance sans conviction dans un polar mal aidé par des personnages tordus : un homme (Marc Barbé) retrouvé mort, sa femme (Anne Consigny) accusant leur servante (Hélène Fillières) qui était également la maîtresse de la victime, un avocat (Jérémie Rénier) ayant du mal à faire le tri entre cette affaire et sa propre histoire (avec Amira Casar) qui n'en finit pas de chuter dans l'insignifiant, le tout sous l'oeil vide d'un inspecteur (Denis Podalydès) amateur de fausses relations avec de vraies prostituées... Pas un pour rattraper l'autre; que des cas à la limite du pathologique et qui, de fait, font perdre sa crédibilité à l'histoire. Un problème de rythme s'ajoute aux faiblesses du scénario, et ce film qui avait si bien commencé tarde bientôt à se terminer...