Share/Bookmark
[archive exposition]
Dress Code

genre: divers


artistes
Marie Perron, Artus de Lavilleon, Jeanne Detallante, Adrien Albert, Simon Henwood, Craig Atkinson


critique
+___ Paparazzi land sans appareil photo

UNDEF

Forum
Soyez le premier à donner votre avis
[critique]

+___ Paparazzi land sans appareil photo

par Clémence de Cambourg le 23-02-07

Ceux qui aiment flâner dans les rues de Paris, obsédés par l'idée de découvrir de nouvelles galeries d'art, alors aiment se balader dans le Marais. Dans le coin de la rue de Turenne, les galeries poussent comme des champignons. Le dernier petit en date s'appelle AAA...pour Art All Access. Et il a poussé rue Charlot. Créée l'année dernière, la Galerie AAA présente les productions de jeunes artistes japonais qu'elle tend à promouvoir. Franchement, on nous bassine avec les artistes chinois émergents ces derniers temps, on ne peut donc que saluer l'initiative de la galeriste férue du monde étoilé de Hello Kitty et Kerokeropi.

Vous me direz, pour son expo actuelle intitulée " Dress code ", la galerie n'a pas vraiment fait le voyage jusqu'au Japon pour découvrir de talentueux petits Nicky Larson. Les auteurs des dessins présentés sont français ou anglais. C'est quand même décevant...Déjà la grosse indigestion de sushis ?

" Dress Code " donc. Les six jeunes artistes représentés (Marie Perron, Artus de Lavilléon, Simon Henwood, Craig Atkinson, Jeanne Detallante et Adrien Albert) ont récemment chipé le boulot des paparazzi traqueurs de stars. Dress code ? pas d'appareil de photo en bandoulière. Seule la trousse à crayons, pinceaux et autres stylos à bille est admise dans le sac à l'entrée de le galerie. Les stars du tout Gala pailleté sont représentées sur les murs du petit espace carré. L'illustratrice Marie Perron (qui a notamment travaillé pour ELLE) propose une pan de mur mitraillé de portraits d'actrices, chanteuses et mannequins que son crayon à papier immortalise en pin up. Pour beaucoup, ces femmes sont des idoles (surtout Jane Birkin et Kate Moss, et on leurs accorde ce statut...parce que Claudia Schieffer, c'est un peu mort quand même...Le guignol David Copperfield a t-il fait disparaître l'ancien top model phare des années 90?). Quant à Jeanne Detallante, artiste installée à New-York (illustratrice née en 1977), elle expose quatre caricatures de Camilla Parker Bowles: la réflexion, la séduction, la représentation et l'équitation. On est en droit de se demander si pour certains notre bonne vieille Camilla serait une idole... Après "réflexion", il est clair que la "séduction" n'est pas son fort, et sa passion pour l' "équitation", on s'en fiche pas mal. Qui achèterait pour 6500 euros cette série de quatre portraits ? Le pas plus séduisant Prince Charles peut-être...

Cette expo, peu passionnante en définitive, fait sourire parce que la caricature a pour mission assurée de nous décoincer les lèvres, mais les artistes japonais nous manquent... Parce que c'est vrai, à l'exception des artistes Takashi Murakami et Nobuyoshi Araki, la création nippone contemporaine reste un monde inconnu. On les attend avec impatience pour la prochaine expo. Dans le lot " Dress Code ", saluons tout de même les illustrations black & white d'Artus de Lavilléon, et surtout sa talentueuse typographie au feutre épais qu'il développe avec humour et sans complexe de la rature.