Share/Bookmark
[archive livre]
Au secours pardon

genre: divers


auteur
image disponible Frédéric Beigbeder
éditeur
Grasset

  • Paru le 07-06-07

    infos: 318 pages. 19,90€.


critique
On lui pardonne
extrait
«J'avais donc accepté une mission particulière: trouver le nouveau visage de L'Idéal, le...»

couverture couverture

Forum
[22-07-07 par rotko]: «begbeider»
Le sens de la formule suffit-il à faire un écrivain ? à vous lire, on le croirait. ...
[22-07-07 par Anne Eyrolle]: «oui, mais»
Bonjour et merci pour votre message. Remerciement d'autant plus sincère que votre commentair...
[24-07-07 par rotko]: «begbeider et sa pub»
La dernière page du monde du dimanche 22-lundi 23 juillet est entièrement occupée par...
[extrait]

 

J'avais donc accepté une mission particulière: trouver le nouveau visage de L'Idéal, le leader mondial de l'industrie cosmétique. Comme je vous l'ai expliqué, dans notre monde blasé, seule l'innocence fait vendre. La division grand public de L'Idéal voulait "moderniser" son ambassadrice (traduire: "virer la vieille peau"). Leurs plans de com' sont cloisonnés par tranches d'âge: les 15-35 ans (problèmes de peaux acnéiques); les trentenaires (qui croient qu'elles ont encore vingt ans); les quadragénaires (qui rêvent qu'elles ont encore trente ans); les quinquagénaires (qui espèrent que leur lifting ne se voit pas trop). Moi, coup de bol, je m'occupais des 15-35, c'est-à-dire davantage des 15 que des 35. J'avais été nommé scout par l'agence de mannequins Aristo. C'était un copain de mon père qui en dirigeait l'antenne française: à ma sortie de taule, j'avais planté une émission de télévision en access prime time, et j'étais vraiment grillé en France. Mon émigration à ce poste était un beau cadeau. Je ne pense pas qu'il existe un meilleur moyen de rencontrer des femmes splendides et de les allonger dans son lit. Je dois reconnaître que jamais en France, même à ma grande époque de faste et de lucre, je n'avais fréquenté pareilles merveilles. Ce ne sont plus des canons, ni des avions, ni des bombes atomiques; ici il faut parler de missiles nucléaires, d'armes de destruction massive, de fusées interplanétaires. La base de lancement des vaisseaux Soyouz n'est pas à Baïkonour mais à Moscou! La plupart des Français qui s'installent dans votre ville ne peuvent plus rentrer chez eux: ils savent pertinemment qu'en France, jamais ils n'auraient accès à des filles de cette beauté. Elles ne leur adresseraient tout simplement pas la parole, ils ne les croiseraient même pas: en France, les très belles femmes vivent dans un ghetto parallèle, protégées du harcèlement des manants par des barrières invisibles. Ici, on les ramène chez soi par paires, ou en grappes. J'ai rencontré un Français qui n'arrive plus à faire l'amour à une seule fille à la fois. "Une seule femme dans mon lit? J'ai oublié comment on fait!" Les plus ravissantes autochtones n'ont qu'une envie: qu'un riche en tombe amoureux, ou à défaut qu'un étranger les emmène en voyage. Même leurs râteaux sont agréables! Elles arrivent toujours à te faire croire qu'elles regrettent infiniment de ne pas pouvoir coucher avec toi, comme des doormen de casino qui t'expliquent que ce soir c'est complet mais s'arrangent pour ne pas trop te vexer, histoire que tu reviennes à la charge le lendemain, sait-on jamais, la vie est longue.

[bio]
auteur: Frédéric Beigbeder
UNDEF

Ecrivain français, né en 1965 à Neuilly sur Seine. Il est également critique littéraire en presse écrite et à la télévision. Diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris, et en marketing, il est d'abord publicitaire chez Young and Rubicam, parallèlement à son activité de romancier. Il est licencié peu avant la parution, en 2000, de son roman "99 Francs" qui raconte le quotidien d'un publicitaire. Depuis, il a publié, chez Grasset : "Windows on the world" (2003), "L'Egoïste romantique"(2005) et "Au secours pardon" (2007).

En 2009, son roman "Un roman français" reçoit le Prix Renau...

[lire la suite]