Share/Bookmark
[archive livre]
Les soeurs de Prague

genre: divers / 204 pages


auteur
image disponible Jérôme Garcin
éditeur
Gallimard

  • Paru le 04-01-07

critique
++__ Les agents artistiques sont des agents comme les autres
extrait
____ EXTRAIT

UNDEF

Forum
Soyez le premier à donner votre avis
[critique]

++__ Les agents artistiques sont des agents comme les autres

par Yolande Mayanobe le 14-02-07

Jérôme Garcin est un habile manipulateur. De la plume, s'entend. Son dernier roman en est témoin, qui se plaît à perdre le lecteur dans une fiction qui en englobe une autre aux personnages empruntés à l'Histoire (Armance de Stendhal), et cotoyant d'autres portraits semblants sortir de la réalité. Le cercle devient vicieux.

Et pas seulement le cercle car c'est un peu du Diable s'habille en Prada version littérature dont il est ici question. Dans la peau de la chef perverse, Klara Gottwald. D'origine tchèque, elle dirige avec une main de fer une illustre agence artistico-littéraire. Dans le rôle de la victime, la voix narrative, empruntée à un écrivain en chute.

Les références et anecdotes sont trop précises pour être totalement sorties de l'imagination de l'écrivain. Et le lecteur de traquer sans relâche le moindre indice qui lui permettrait d'affirmer : je sais qui est cette diablesse (ou ce diable ?), je l'ai reconnu(e). Le lecteur se croit à son tour agent double, il est en réalité victime; prisonnier d'un livre qui l'entraîne là où l'écrivain l'a décidé, là où la curiosité devient vulgaire.

Mais l'auteur fait Cavalier Seul dans son histoire, se jouant de tout et de tous. Il ne dira aucun secret concernant les stars évoquées ; il laissera croire aux parties de plaisir qui se déroulent à la Clairière, donnant quelques indices pour appâter le lecteur, puis l'abandonnant à lui-même, seul face à sa curiosité malsaine. Il l'emmènera dans les méandres de la perversité psychique, le fera pleurer sur la bêtise humaine, l'attendrira sur le sort d'un auteur berné mais pas bête, le fera jouir du petit plaisir de ne pas appartenir à ce monde pitoyable (tout en le regrettant !).

Le lecteur ne refermera sagement cet ouvrage qu'après la relecture de la lettre qui commence l'ouvrage, écrite au " cher petit grand con ", se demandant finalement qui en est le destinataire : " je ne sais pas pourquoi je te raconte tout ça. En vérité, c'est à moi que j'écris. Tu ne comptes pour rien. Tu as toujours compté pour rien. Cela me fait du bien de te détester, de te mépriser, et plus encore de penser que tu vas très bientôt me regretter. Tu es même assez vicieux pour en faire un livre ".

A l'instar de Stendhal et de ses portraits de médiocres bourgeois, Garcin nous fait rencontrer les parvenus du milieu artistique, ceux qui voudraient en être, ceux qui profitent de la couardise de ces derniers dont l'ambition est à la hauteur de leur manque de talent. Il nous fait participer à l'ambiance qui règne dans ce milieu où les réputations sont aussi fragiles et aléatoires que les mots qui les font et défont :" c'est fou le temps qu'il faut pour imaginer, édifier, consolider un empire et la rapidité avec laquelle, sans avertissement ni présage, il peut s'effondrer ".

A la fois léger et grave, ce roman se déguste avec bonheur puis se relit avec le plaisir non feint de l'ami et confident qui n'est pas dupe d'avoir été abusé, mais qui ne saura jamais vraiment jusqu'où.

Yolande Mayanobe

[bio]
auteur: Jérôme Garcin
l'auteur

Jérôme Garcin est né en 1956 à Paris. Après des études au lycée Henri IV, il suit une formation de journaliste. Longtemps collaborateur à L'Evenement du Jeudi, il est aujourd'hui directeur adjoint de la rédaction du Nouvel Observateur. Il est aussi producteur et présentateur de l'émission hebdomadaire Le Masque et La Plume sur France Inter.
Depuis 1994, il est membre du Comité de lecture de la Comédie Française. Auteur de nombreux ouvrages, on lui doit notamment, publiés chez Gallimard, les essais Pour Jean Prévost (Prix Médicis Essai 1994) et Théâtre Intime (2003, Prix France Télévisi...

[lire la suite]