Share/Bookmark
[archive livre]
Le jardin des ombres

genre: roman / 336 pages


auteur
image disponible Mark Mills
éditeur
Calmann-Levy

  • le 07-05-08

    infos: Genre : roman sombre. 336 pages, 18,80 euros.


critique
+___ Cluedo botanique
extrait
____ Extrait

Couverture Couverture

Forum
Soyez le premier à donner votre avis
[critique]

+___ Cluedo botanique

par Marie-Pierre Créon le 17-07-08

Vous cherchez un livre pour buller sur la plage? Un bon bouquin suffisamment prenant pour ne pas vouloir le lâcher et suffisamment léger pour ne pas broyer du noir sur votre transat? Le Jardin des Ombres pourra modestement répondre à votre attente. L'auteur d'un bon premier thriller primé en 2004, Amagansell, le scénariste et romancier britannique nous entraîne cette fois dans les collines de Toscane au coeur d'un été brûlant.

1958, un jeune étudiant en histoire de l'art, Adam Strickland, plus curieux que téméraire, est amené dans le cadre de sa thèse à passer un séjour à la Villa Docci. Perchée sur les hautes collines du chianti, la demeure régentée par la vieille Signora, renferme pourtant un passé sombre : la mort mystérieuse de l'ancêtre des Docci, Flora Bonfadio, en 1548. Mais c'est surtout la disparition d'Emilo, cadet de la famille tué par les allemands à la fin de la seconde guerre au premier étage même de la bâtisse, qui plombe l'atmosphère. Au milieu de tout cela, un seul indice, le jardin de la villa, splendeur à la composition étrange, prêt à livrer les derniers secrets du passé à qui voudra le comprendre... Pour lever le voile sur la vérité, Adam devra combattre avec ses méninges universitaires, un frère dilettante ainsi que la belle et troublante Antonella.

Une villa chauffée à blanc par les passions anciennes, un jardin séculaire aux statues bizarrement disposées, une servante taciturne, la logorrhée d'un témoin qui en dit trop, le décor est planté. L'écriture de Mark Mills est efficace et sans fioritures. Bien sûr, ce n'est pas de la grande littérature. Et le lecteur sent vite qu'il a affaire à un auteur déformé par son activité principale : l'écriture de scénarios. Le roman est donc construit en conséquence. Tel un métronome, 31 chapitres ponctués régulièrement d'apartés secrets entre Maria, la fidèle domestique et sa maîtresse, la Signora Docci. Un producteur n'aurait aucune peine à adapter le roman tant sa construction semble prévue pour un résultat visuel. Bien établi, il joue avec honnêteté la carte du cluedo de façon originale. Résoudre un meurtre ayant eu lieu 400 ans plus tôt à partir d'éléments botaniques et architecturaux, même l'impossible Lieutenant Colombo ne s'y serait pas risqué. Un peu tordu au début, il faut s'accrocher pour avoir en tête le fameux jardin et suivre les méandres des suppositions historico-architecturales de ce brave Adam ! Farfelu par moments, souvent tiré par les cheveux, on se laisse tout de même envelopper dans l'atmosphère caniculaire. La Toscane et ses routes en lacets bordées de cyprès, silhouettes noires et longilignes indispensables au tableau, ses repas pantagruéliques, la cagne du plein été, la sensualité latine... tout y est pour passer un agréable moment. Si nous sommes loin de l'intelligence diabolique des intrigues et de la finesse psychologique d'Agatha Christie, on ne boude pas son plaisir pour autant.

On sourira des répliques du duo fraternel et de la symbolique initiatique du personnage principal voulue par l'auteur. Rien de très compliqué dans tout cela. On peut aller chercher un beignet ou une glace fraise-vanille et revenir à son roman. Les pieds en éventail et plein de sable, on retournera fouler la terre craquelée de Toscane quelques pages plus loin. Et tenter, nous aussi, de résoudre ces deux crimes naviguant à des époques différentes.

Optimiste et dépaysant, parions que nous retrouverons un jour, calés dans notre canapé lors d'une deuxième partie de soirée un peu tardive, "Le Jardins des Ombres", dans une adaptation télégénique sans surprise mais efficace.

[bio]
auteur: Mark Mills
Mark Mills

Romancier et scénariste britannique vivant à Londres.

Diplômé de Cambridge, il publie son premier roman, "Amagansell" en 2004 dans une dizaine de pays. Il lui a valu entre autres le John Creasy Memorial Dagger de la British Writer's Association et le Crime Writers' Association Award comme révélation du meilleur auteur de roman noir.