Share/Bookmark
[archive livre]
Médecin malgré moi

genre: essai / 235 pages


auteur
image disponible Patrick De Funès
éditeur
Le Cherche-Midi

  • le 29-04-08

    infos: Genre : essai-témoignage. 235 pages. 17 euros.


critique
+___ Bienvenue en Bistourie
extrait
____ Extrait

Couverture Couverture

Forum
Soyez le premier à donner votre avis
[critique]

+___ Bienvenue en Bistourie

par Marie-Pierre Créon le 18-07-08

" Les architectes dissimulent leurs erreurs sous du lierre, les ménagères sous de la mayonnaise et les mauvais médecins sous la terre." affirmait Bernard Shaw. Ce cruel adage aurait pu tout aussi bien sortir de la bouche de Patrick de Funès, décidé à n'épargner personne dans ses mémoires de radiologue. Comme son nom l'indique, Patrick de Funès est l'un des fils du farfelu Fufu, D'ailleurs, le visage en couverture ne trompe pas : même regard bleu, même froncement grognon de sourcils corrigé par une moue invitant à se moquer de tout en activant toujours plus fort le tisonnier sur les braises de l'imbécillité humaine.

Car, Patrick de Funès a fait le choix de rayer son nom de l'Ordre des Médecins pour nous offrir ces perles accumulées durant toute une carrière qu'il dit honnêtement avoir choisie autant par hasard que par goût d'une misanthropie galopante " la radiologie avait pour avantage de me séparer de l'Homo sapiens ".

A la manière des quelques illustres pétages de plombs de son père au cinéma, Patrick de Funès décide d'envoyer valser la profession dans un tour de danse ébouriffant. Adieu praticiens mercantiles, patients exaspérants, spécialistes télégéniques, microcosme auto-suffisant, veaux, vaches, foies de cochons bileux, bistouris ! Le docteur de Funès tronçonne les emmerdeurs, les narcissiques, les souffreteux psychosomatiques. Et un système de santé parfois absurde, abusé par certains contribuables, abonnés au club de l'ISF inclus. Rien ne vous sera épargné : macabbées faisant " glouglou ", bourgeoises en panique face à un diagnostic trop rassurant " Il ne lui a même pas trouvé un petit kyste par courtoisie ? ", docteurs Mabuse au zèle lucratif " Epongez...Epongez... on entame l'appendicectomie. ", les patients indélicats " Vous n'avez pas voulu devenir acteur, comme votre père ? "... Toute une série d'anecdotes et de portraits qui déclenchent facilement le rire. C'est croustillant, on s'amuse beaucoup à fureter dans les chuchotements des blocs opératoires, à recueillir les confidences dans l'alcôve médicale, à saisir la volée de bois vert qui peut survenir sur le compte du patient béatement anesthésié.

Le monde de la médecine est présenté sous son jour le plus noir, bourré de dysfonctionnements, de charlatans, d'éminents chirurgiens à qui, aux dires de monsieur De Funès, il ne faut pas confier ni scalpel, ni épouse bien-aimée... à moins de vouloir hériter.

Pourtant, le livre n'est pas né d'un désir de vengeance. L'auteur cherche des poux dans la tête de ses boucs-émissaires, mais il prend également le parti de défendre tous ceux qui exercent avec l'honnêteté, le dévouement et le professionnalisme que requièrent les métiers de la médecine. Mais la pique est toujours là, embusquée, et de Funès prêt à botter en touche...

Drôle, efficace, sans prétention, volontiers théâtral, on surprend même Patrick de Funès orchestrer sa propre mise en scène. Bon sang ne saurait mentir.... Sorte d'Alceste des temps modernes, il bâtit à son tour un personnage volontairement cynique, à la langue coupant bien au ras des pieds de ceux qui l'insupportent, aimant citer La Bruyère, Jules Romains, répliques paternelles dans ses meilleurs rôles, malmenant avec espièglerie le Serment d'Hippocrate. Une irrévérence cruellement sympathique servie par un sens de l'observation qui ne ferait pas honte à son comique de père.

[bio]
auteur: Patrick De Funès
Patrick De Funès

Ex-radiologue, il a résilié son inscription au tableau de l'ordre des médecins afin de pouvoir livrer son témoignage sur le métier, en toute liberté, dans "Médecin malgré moi" (2008).

En 2005, il a signé avec son frère Olivier, une biographie de leur père Louis de Funès : "Ne parlez pas trop de moi, les enfants" (Le cherche midi).