Share/Bookmark
[archive livre]
Où on va papa?

genre: roman / 150 pages


auteur
image disponible Jean-Louis Fournier
éditeur
Stock Editions

  • le 20-08-08

    infos: Genre : récit. 150 pages. 15 euros.


critique
+++_ Tragi-comédie familiale
extrait
____ Quatrième de couverture

Couverture Couverture

Forum
Soyez le premier à donner votre avis
[critique]

+++_ Tragi-comédie familiale

par Anne Eyrolle le 14-08-08

Jean-Louis Fournier, c'est un peu Pierre Desproges en plus vivant et moins connu. Comme celui dont il fut l'ami et le réalisateur fidèle (pour "La minute de Monsieur Cylcopède"), il a l'impertinence au bout de la plume et le regard qui fusille, impitoyable, les absurdités, les malchances et les malheurs de l'existence. Après s'être attaqué à Dieu ("Le Curriculum Vitae de Dieu"), aux riches, aux pauvres ("Les mots des riches, les mots des pauvres"), à la langue française ("La grammaire française et impertinente"), il avait, depuis quelques temps, une sérieuse tendance à s'en prendre à lui-même. Les titres de ces derniers ouvrages en sont témoins : "Mon dernier cheveu noir", "A ma dernière cigarette", "Histoires pour distraire ma psy"... Mais malgré les apparences, pas ou très peu de confidences dans ces récits plus que romans. Son audace et son impertinence n'ont jamais eu raison de sa pudeur aux airs de sourcils froncés. Un brin ours, l'écrivain.

Et puis, soudain, ce texte confidence. Plus qu'un récit, "Où on va papa?" est une lettre ouverte à ses deux fils handicapés qui, eux, n'auront jamais la chance de pouvoir la lire. Jean-Louis Fournier n'a pas été gâté par la nature -ou par Dieu, c'est selon : il a eu deux fils, Mathieu et Thomas, tous deux handicapés moteurs et mentaux, des attardés, des cabossés, des analphabètes, des tout-ce-qu'on-veut-mais-pas-normaux qui lui en ont fait voir de toutes les couleurs sauf des roses. Pourquoi cet aveu, pourquoi ce déballage d'une malchance génétique qui frise l'incroyable? Sûrement pas pour se faire plaindre ou faire pleurer dans les chaumières -même si c'est ce qui se passera dans tous les cas. Jean-Louis Fournier voulait juste faire parler d'eux, parler pour eux qui n'en auront jamais l'occasion. Faire en sorte qu'il ne reste pas d'eux seulement une "photo sur une carte d'invalidité".

Et c'est une réussite. Pas de manières ni de plaintes, pas d'apitoiement ni de moqueries déplacées : Jean-Louis Fournier frôle le génie en rendant bouleversant le récit d'une situation douloureuse et absurde sans sombrer dans le mélo. L'écriture est nerveuse, précise, concise, impeccable, d'une sincérité effarante, chaque mot est à sa place, aucun n'est de trop, c'est rédigé au couteau. Et à l'amour, cela saute aux yeux, même si le mot n'est pas lu.

En racontant les déboires de sa vie de père pas comme les autres, l'auteur ne rend pas seulement hommage à ses propres enfants mais à toutes les familles frappées par la malchance et qui doivent se faire à cette situation hors-norme. Se faire aux regards gênés ou apitoyés, aux échecs de sa progéniture, à l'idée de tout ce qu'elle ne pourra pas devenir, aux petits-enfants qu'ils ne donneront pas, aux diplômes qu'ils ne décrocheront pas, aux histoires d'amour qu'ils ne vivront pas, aux matches, aux jeux, aux plaisanteries qu'ils ne partageront pas...

De déceptions en renoncements, il faut avoir l'esprit assez tordu pour continuer de déceler des perles de beauté et d'humour dans le quotidien de sa famille claudiquante. Jean-Louis Fournier a ce don du sombre comique. S'il ne débordait que d'émotion, "Où on va papa?" ne serait pas tout à fait un de ses ouvrages : le rire est là, à toutes les pages, prêt à prendre le relais de la larme à chaque ligne. Eclater en sanglots ou en fou rire, le lecteur balance sans cesse avec l'écrivain et père, puis finalement craque dans les deux sens, qui n'en sont qu'un. Le rire, le vrai, est tragique, on le sait, mais seuls les grands auteurs savent le rappeler. Authentique, effroyable et bienfaiteur, "Où on va papa?" est certainement l'un des plus courts mais surtout l'un des plus grands moments de lecture de cette rentrée.

[bio]
auteur: Jean-Louis Fournier
Jean-Louis Fournier

Ecrivain, réalisateur, scénariste français né à Arras.

Humoriste compère de Pierre Desproges, il a réalisé "La Minute nécessaire de Monsieur Cylcopède" pendant des années, avant d'arrêter la télévision, suite au décès de son ami. On lui devait également, entre autres création pour la télévision, "La Noiraude".

Auteur de nombreux ouvrages au ton noir, comme "Il a jamais tué personne mon papa" (1999), "Les mots des riches, les mots des pauvres" (2004), "Mon dernier cheveu noir" (2006), il signe, en 2008, un récit en hommage à ses deux fils handicapés, "Où on va papa?" (Stock)