Share/Bookmark
[archive livre]
Beautiful People (Saint Laurent, Lagerfeld, splendeurs et misères de la mode)

genre: essai / 568 pages


auteur
image disponible Alicia Drake
éditeur
Editions Denoël

  • Paru le 18-09-08

    infos: Genre : Document. 568 pages. 26 euros.


critique
+++_ Beautiful Karl

Couverture Couverture

Forum
Soyez le premier à donner votre avis
[critique]

+++_ Beautiful Karl

par Marianne Schönwasser le 28-09-08

26 octobre 2006 : Karl Lagerfeld assigne en référé pour atteinte à la vie privée la journaliste Alicia Drake, auteure d'un essai paru ax USA et en Grande-Bretagne, The Beautiful Fall, consacré aux carrières respectives de Lagerfeld et Saint Laurent dans les années 70. Lagerfeld ne réclame alors rien de moins, entre autres, que l'interdiction du livre en France. Lagerfeld ne verra pas sa demande agréée et la traduction française nous arrive ces jours-ci en librairie. Dans l'avant-propos du livre, Alicia Drake s'étonne : "  (...) Au mois d'octobre 2007, sortait un documentaire intitulé Lagerfeld Confidential, réalisé par Rodolphe Marconi. Etonnamment, Karl Lagerfeld s'y exprimait longuement sur certaines des questions tions pour lesquelles il m'avait attaquée pour atteinte à sa vie privée. "

Ce qu'Alicia Drake ne dit pas, la modestie la retient sans doute, c'est que le documentaire en question était bien moins intéressant que son livre à elle. Lagerfeld Confidential n'avait de Confidential que le nom et ne laissait rien voir d'autre de Lagerfeld que ce que le couturier nous donne habituellement en pâture. Un cocktail savamment dosé d'érudition, d'ironie et d'insolence qu'il délivre à tout intervieweur parvenu jusqu'à son bureau.

Au contraire, Alicia Drake dresse un portrait assez inédit du couturier. En l'occurrence, un portrait plutôt émouvant de Lagerfeld. Et peut-être est-ce ce qui déplaît au maître, qui a édifié le contrôle total des émotions en mot d'ordre de sa vie. Pire, à la lecture en parallèle des deux parcours, on en vient à trouver Lagerfeld plus attachant que Saint Laurent.

La journaliste retrace en effet leurs chemins respectifs depuis leur victoire en 1954 au concours organisé par le Secrétariat international de la Laine (catégorie Robe du soir pour Saint Laurent et Manteaux pour Lagerfeld) jusqu'à aujourd'hui en prenant pour climax les années 70. Et dès cet instant, les dés semblent jetés : on aura d'un côté le génie avec Saint Laurent qui, à 21 ans, prend la tête dela maison Dior, de l'autre le besogneux avec Lagerfeld qui se construira de collaborations en collaborations (Chloé, Fendi, etc...) avant de connaître la consécration, à l'aube de la cinquantaine, chez Chanel. Et, bizarrement, ne sort pas grandi de l'histoire celui qu'on croit.

Concernant Saint Laurent, on est loin de l'image de l'homme timide placé sous la férule implacable d'un Pierre Bergé. Alicia Drake dépeint une personnalité bien plus complexe, rongée par sa maladie nerveuse, en proie aux multiples addictions, tyrannique avec son entourage, possessif avec Bergé, pour qui le monde doit tourner autour de lui. Et qui, à la fin de sa vie, semble comme embourbé dans sa propre légende. A contrario, Lagerfeld apparaît comme un homme mu par le désir de réussir et que l'angoisse de mort, contrairement à Saint Laurent, propulse inexorablement vers l'avant. Drake conte, documentation à l'appui, sa manière de réécrire maintes et maintes fois son enfance afin de contrôler jusque sa propre légende, sa générosité impressionnnante à l'égard de ceux qu'il tient en estime, mais aussi cette discipline de fer qu'il s'impose, entre travail et maîtrise du corps.

Du livre de Drake, on retiendra aussi la peinture brillante qu'elle fait des années 70, faites d'excès, de fêtes prodigieuses et d'émulations artistiques. Dans Beautiful People, les parties sont fitzgeraldiennes, telle celle donnée par Saint Laurent à l'occasion du mariage de sa muse, Loulou de la Falaise. Le couturier retouche à l'aide de fougères la robe Dior portée par Bianca Jagger tandis que Loulou déambule au milieu des convives, un croissant de lune strassé dans les cheveux. Des personnages dignes de romans hantent les pages du livre : Jacques de Bascher, dandy aux allures de Chouan, grand amour de Lagerfeld; Paloma Picasso, sculpturale fille du peintre; Diane de Beauvau-Craon, aristocrate qui monte dans les train des sevtnies avec passion et insouciance; Fabrice Emaer, propriétaire charismatique du Palace, haut lieu de la nuit parisienne...

A lire le livre d'Alicia Drake, on mesure encore une fois la force du journalisme à l'américaine. Comme dans les meilleures articles de Vanity Fair, l'immense travail (bibliographie fournie, multiples interviews de témoins del'époque...) de l'auteur ne vient jamais entraver le plaisir de la lecture. Le people n'empêche jamais l'analyse, l'habileté de la plume ne contredit en rien le riche travail de documentation. Espérons qu'un jour, ce genre se décidera à passer l'Atlantique, nous débarrassant ainsi des biographies poussives ou des enquêtes bâclées que l'édition française ne manque pas, chaque année, de nous proposer.

[bio]
auteur: Alicia Drake
Alicia Drake

Auteur britannique.

Après des études à l'Université de Cambridge, elle devient journaliste de mode pour de nombreuses publicatins, parmi lesquelles le Vogue anglais, the International Herald Tribune, Travel and Leisure, W Magazine... Elle se consacre depuis plus de dix ans exclusivement à l'écriture. Elle est l'auteur, entre autres de "The Beautiful Fall : Fashion, Genius and Glorious Excess in 1970s Paris".

Elle vit et travaille à Paris depuis près de 15 ans.