Share/Bookmark
[archive livre]
Un roman français

genre: roman / 281 pages


auteur
image disponible Frédéric Beigbeder
éditeur
Grasset

  • Paru le 19-08-09

critique
- Un roman branché

Couverture Couverture

Forum
Soyez le premier à donner votre avis
[critique]

-___ Un roman branché

par Anne Eyrolle le 05-11-09

Marcel Aymé, Céline, Louis Aragon, Roger Peyrefitte, Henri Bosco, Michel Butor, et désormais Frédéric Beigbeder : couronné du prix Renaudot. La littérature française est-elle tombée si bas? Ce serait sombrer dans la catégorie des "C'était mieux-avantistes" que de laisser cette question sans réponse. Evidemment non, la littérature française ne se porte pas si mal. Il y a des bijoux qui surgissent ici et là, rares comme les perles, mais ni plus ni moins qu'avant et que demain. Encore faut-il avoir assez de temps et de liberté d'esprit pour les dégotter...

Et comme le temps manque à beaucoup, et que la liberté d'esprit est amoindrie par l'impact médiatique, il y a toutes les chances qu'à Noël, on s'offre souvent le prix Renaudot. Avec les meilleures intentions du monde. Et qu'on le fasse lire à des gens qu'on aime, qui auront eux-mêmes manqué du temps et de la liberté d'esprit nécessaire pour entendre parler d'autres livres que de ceux couronnés de Prix, après avoir été présentés dans tous les magazines. Alors ils liront, et, pour beaucoup, sans doute, s'efforceront de trouver ici et là de quoi justifier ce bruit et ce cadeau.

Car bien sûr, il y a des petits instants sympathiques dans cet ouvrage. Peut-être même des instants d'émotions que voudront partager ceux qui s'y retrouveront : fils de parents divorcés, livré à lui-même, en manque de mémoire et de repères, Beigbeder est un enfant de son temps, de notre époque. Et parfois, du quartier de ceux qui écrivent les critiques dans les mags faiseurs de tendances...

Cela suffit-il à en faire un romancier mémorable? Un écrivain assez symbolique et fort pour marquer à jamais l'année 2009 ? Parce que c'est bien de cela qu'il s'agit, non? Couronner l'ouvrage mémorable de l'année pour le laisser en héritage aux générations futures de lecteurs : ce n'est rien moins que cela, un prix Renaudot, non? "Un roman français" le vaut-il?

Beigbeder est un usurpateur. Sympathique, intelligent, cultivé, riche certes. Mais usurpateur quand même. Et ici, encore, il y a usurpation. Dans le titre, déjà, reprenant celui d'un livre stupéfiant, écrit dans un style inattendu, coupant dans la chair à vif, bref, un vrai roman ("Un roman russe" d'Emmanuel Carrère). Dans l'écriture, aussi, banalement quotidienne, lue, relue mille fois ailleurs. Et dans le fond : cette histoire d'une jeunesse paumée par le fric, la cocaïne et hantée par l'ombre, même invisible, d'une enfance sans attention, emprunte les contours d'un bon Bret Easton Ellis. Mais jamais elle n'en a la dureté, la douleur - de cette souffrance qui ne s'étale pas dans les mots mais se fait ressentir à chaque ligne, et nous enfonce à chaque page.

Pourquoi est-ce que ça ne prend pas ? Qu'est-ce qui manque? La démarche de Beigbeder était, paraît-il, sincère. Il l'a assez dit, écrit ou fait écrire: pour la première fois, il estime avoir dit tout ce qu'il ressentait sans tabou, être allé au coeur de son malaise. Mais a-t-il vraiment accès à cette profondeur? Il ne suffit pas d'avoir vécu le pire, même banal en apparence, pour savoir l'exprimer. Encore faut-il être capable d'y retourner. Que ce soit plus important que tout, qu'on se moque de l'image qu'on renvoie et du masque que l'on porte. Que ce soit affaire de survie, en quelque sorte. Alors, tout passe, tout bouleverse, et l'émotion n'est plus affaire de situation mais de justesse, de réalité. Mais ici, Beigbeder reste le Beigbeder télévisuel. Pas plus profond, juste plus à poil. Une parure supplémentaire dans son attirail de parisien branché.

[bio]
auteur: Frédéric Beigbeder
UNDEF

Ecrivain français, né en 1965 à Neuilly sur Seine. Il est également critique littéraire en presse écrite et à la télévision. Diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris, et en marketing, il est d'abord publicitaire chez Young and Rubicam, parallèlement à son activité de romancier. Il est licencié peu avant la parution, en 2000, de son roman "99 Francs" qui raconte le quotidien d'un publicitaire. Depuis, il a publié, chez Grasset : "Windows on the world" (2003), "L'Egoïste romantique"(2005) et "Au secours pardon" (2007).

En 2009, son roman "Un roman français" reçoit le Prix Renau...

[lire la suite]