Share/Bookmark
[actualité musique]
OASIS - Dig out your soul

genre: pop


groupe
Oasis
label
Big Brother

  • Disponible le 13-10-08

critique
++__ Plein de bonne volonté

Dig out your soul Dig out your soul

Forum
Soyez le premier à donner votre avis
[critique]

++__ Plein de bonne volonté

par Dave Kouliche le 21-10-08

Il serait trop facile de cracher sur le septième album des frères Gallagher tant ils sont passés de mode aujourd'hui, comme tous leurs condisciples estampillés Britpop. Oasis est un de ces groupes dont on n'attend plus grand chose, et c'est avec méfiance que nous avons accueilli, ici et là dans la presse, les annonces mégalos des deux compères nous annonçant un chef-d'oeuvre. Nous n'avions pas tort, même si ce qui frappe d'emblée, à l'écoute de Dig Out Your Soul, c'est la bonne volonté du groupe. Après des années de désamour, son désir de renouer avec le public est sensible. Pourtant, comme l'annoncent les couleurs criardes de la (superbe) pochette signée Julian House, ce n'est pas vers leurs sixties adorées que les Mancuniens ont lorgné cette fois-ci, mais vers un psychédélisme trouvant ses racines dans les années 70.

Il y a bien la ballade très lennonesque (et fatigante) "I'm outta time", où l'on peut entendre quelques mots du Beatle, prononcés deux jours avant sa mort. Il y a aussi la curieuse "To Be Where There's Life" et ses sons de sitar évoquant la période ashram de George Harrison. Mais dans l'ensemble, l'ombre pesante des Fab' Four est moins présente ici que sur les deux premiers albums d'Oasis, que les critiques rapprochent de ce nouvel opus. L'incisive "Bag It Up", qui ouvre les hostilités avec son riff bluesy et son côté adolescent, nous ramène à "Supersonic", le premier single du groupe, sorti en 1994. A ceci près que le son gagne ici en densité grâce à d'ingénieuses orchestrations et de lourdes superpositions de guitares. Des cordes de "Falling Down" à l'harmonica de "Soldier On", cet enrichissement des textures se révèle d'ailleurs être le fil rouge de Dig Out Your Soul. Côté production, les onze titres proposés sont donc loin d'être indignes. Cependant, on peine à se passionner pour ces compositions qui, si elles émanaient d'un groupe lambda, passeraient vraisemblablement inaperçues. Même l'efficace single "The Shock of the Lightning" n'a rien de transcendant. Pas de trace ici de ces mélodies imparables et immédiatement mémorisables que Noel Gallagher pondait à la douzaine à l'époque de Definitely Maybe et (What's The Story) Morning Glory ? - rappelez-vous de "Wonderwall". Dommage.

Moins arrogant et grandiloquent que ses prédécesseurs, Dig Out Your Soul est simplement un bon album pop-rock, coloré et parfois intense, oeuvre d'un groupe qui a mûri et (à peu près) recouvré sa santé mentale. Si les réfractaires à Oasis y resteront insensibles, les fans pourront se féliciter du retour en forme de ces survivants. Mais, au siècle d'Arcade Fire et de MGMT, qui peut encore se dire "fan d'Oasis" ?