Share/Bookmark
[actualité musique]
GUNS N' ROSES - Chinese Democracy

genre: hard rock


groupe
image disponible Guns N' Roses
label
Geffen Distribution

  • Disponible le 26-11-08

critique
+___ Nostalgie flinguée

Album Album Axl Rose au mieux de la forme des Guns N'Roses (1980's) Axl Rose au mieux de la forme des Guns N'Roses (1980's) Axl Rose aujourd'hui Axl Rose aujourd'hui

Forum
Soyez le premier à donner votre avis
[critique]

+___ Nostalgie flinguée

par Dave Kouliche le 12-12-08

Rares sont les adolescents des années 1990 à ne pas avoir vénéré les Guns & Roses, rois du hard-rock FM mélodique et des ballades sentimentales. Quinze ans se sont écoulés depuis la parution du dernier album en date, Spaghetti Incident, et la sortie du d'ores et déjà célèbre Chinese Democracy, annoncée depuis sept ans, commençait à devenir un sujet de gaudriole dans la presse spécialisée. Rappelons d'abord que Guns & Roses n'est plus le groupe que nous avons connu mais le fait d'un seul homme, le mégalomane maniaco-dépressif Axl Rose, alien multimillionaire adepte de bandanas et de caleçons longs moulants qui, à force de caprices, a fait fuir les forces vives de la formation. On pense tout particulièrement à Slash, l'emblématique guitariste chevelu au haut-de-forme, pote de Michael Jackson, qui s'en est allé, mégot au bec, fonder successivement son Snakepit et Velvet Revolver. Le subalterne Dizzy Reed (claviers, percussions), présent depuis 1990, est le seul membre de l'équipe à être resté fidèle à son leader. L'honnêteté aurait voulu que le nom du groupe soit abandonné, mais Axl, en concertation avec le milliardaire David Geffen (patron de sa maison de disques), en a bien sûr décidé autrement. Nous voici donc avec un embarrassant nouvel album des Guns & Roses sur les bras.

Alors tentons de faire abstraction du contexte et du mythe pour écouter ce disque comme s'il émanait d'un groupe lambda. Difficile exercice. Impossible, même, tant les dix titres de Chinese Democracy semblent bloqués en 1995. Sudiste, boueux, fortement influencé par le blues, le hard-rock des Guns n'a pas beaucoup bougé depuis cette époque. La voix du maestro reste éraillée et chargée d'émotions, et l'équilibre est toujours respecté entre ballades épiques et morceaux plus rugueux. Une poignée de titres nous plongent même dans un plaisir nostalgique un peu coupable, comme si l'on écoutait un vieux Queen. Les parallèles avec le groupe de Freddie Mercury, maintes fois tracés dans le passé, sont d'ailleurs encore valables aujourd'hui. Les deux formations partagent un même lyrisme exacerbé, porté par des mélodies fédératrices et une grandiloquence orchestrale incomparable. Un son riche, trop pour certains, réservé aux amateurs de baroque rococo. Mais si Chinese Democracy ne fait pas exception à la règle, les efforts de modernisation tentés par Rose y sont néanmoins perceptibles. Il a notamment compris que le traitement des guitares a énormément évolué au cours de la dernière décennie : finies les simples superposition d'une gratte rythmique saturée et d'une autre, lead, au son aigu et perçant. L'heure est aux imbrications, aux superpositions, au travail des textures. La leçon est bien assimilée mais récitée avec bien trop d'application et l'on assiste à une véritable profusion de riffs stratifiés qui nous mène droit à l'indigestion. Dommage, car cette outrance masque souvent d'excellentes mélodies. Rassurons cependant les fans, les soli, véritable marque de fabrique, sont toujours bien présents. Moins longs et héroïques, ils gagnent en complexité grâce à l'excellent technicien qu'est Richard Fortus, intégré au line-up en 2002.

Les autres tentatives de lifting musical s'avèrent navrantes. Le trip-hop orientalisant de "If The World" est particulièrement faisandé, tandis que le simili-R&B aux cordes lourdingues de "Madagascar" est carrément hors-sujet. Quant à "Shackler's Revenge", comment ne pas rire à l'écoute de cet ersatz d'indus mal pompé sur Nine Inch Nails ? Tout fonctionne comme si Axl Rose avait pioché à droite à gauche quelques idées, novatrices en leur temps, qu'il aurait assemblé sans aucun souci de cohérence. Et c'est là qu'apparaît la principale faiblesse de Chinese Democracy. Durant les 14 ans qu'a duré sa réalisation, entre 10 et 20 millions de dollars ont été dépensé et des dizaines d'ingénieurs du son, de producteurs et de musiciens de studio ont été convoqué dans 14 différents studios d'enregistrement. Du coup, c'est à un projet collectif aux contours vagues que nous avons à faire, et non à l'album d'un groupe à proprement parler. Ce qui fait de Chinese Democracy le disque le moins spontané de l'année, haut la main.

Restent les compositions, pour la plupart plus qu'honorables, à l'image de "The Blues" et sa power pop bien traditionnelle, ou de la chanson titre, qui rappelle à bien des égards le meilleur album des Guns, Appetite For Destruction (1987), sans en atteindre la puissance. Du bon rock surproduit, ni plus ni moins. On est cependant à des années-lumière du chef-d'oeuvre annoncé. Ce nouveau disque a peut-être de quoi combler les fans de longue date (et encore...), mais il peinera sans aucun doute à séduire les jeunes générations, pour qui les Guns sont aussi périmés que tous les Iron Maiden et Aerosmith du monde. Comme on les comprend !

[bio]
groupe: Guns N' Roses
Les Guns N' Roses à leur grande époque

Groupe de hard rock américain formé à Los Angeles en 1985.

Il est la fusion de deux groupes : L.A. Guns et Hollywood Rose. A l'origine, il se compose d'Axl Rose, le chanteur, Slash, le guitariste, Izzy Stradin à la guitare rythmique, Ole Beich puis Duff McKagan à la basse, et Rob Gardner, puis Steven Adler à la batterie.

Les membres se séparent progressivement entre 1995 et 1998.

Quand, en 2008, sort le nouvel album Chinese Democracy, Axl Rose, le chanteur et propriétaire du nom de Guns N' Roses, est le seul de la formation originelle du groupe.