[bio]

Fils de Marichen Ibsen (née Altenburg) et de Knud Ibsen, Henrik Johan Ibsen naît dans un foyer que la faillite des affaires paternelles, en 1835, va rapidement désunir. Son père sombre dans l'alcoolisme tandis que sa mère se réfugie dans le mysticisme. Il quitte le domicile familial en 1843 pour s'installer à Grimstrad, où il travaille comme préparateur en pharmacie. Parallèlement, il poursuit ses études dans le but de devenir médecin, une orientation qu'il abandonnera par la suite. Les événements révolutionnaires de 1848 le conduisent à écrire sa première pièce, Catilina. Celle-ci sera publiée en 1850 à compte d'auteur, sous le pseudonyme de Brynjolf Bjarme. À l'époque de cette première publication, Henrik Ibsen travaillait toujours comme apprenti et préparateur en pharmacie, étudiait et écrivait la nuit, prenait des cours privés de latin et participait à la rédaction du journal de l'Association des étudiants et de l'hebdomadaire littéraire et satirique Andhrimner. Le 1er avril 1850, il se rend à Christiana pour passer son baccalauréat et entrer à l'université. Son esprit fourmille déjà de nouveaux projets littéraires, et il couche sur le papier une seconde pièce en un acte, Le Tertre des guerriers, qui sera, elle, acceptée par le Christiana Theater. Le 26 septembre 1850 fut donc jouée pour la première fois une pièce d'Henrik Ibsen (bien que ce fût toujours sous le pseudonyme de Brunjolf Bjarme), devant un public de 557 spectateurs. L'accueil fut mitigé. Il faudra attendre un long temps encore pour qu'Ibsen connaisse le succès. En 1851, le violoniste Ole Bull, fondateur du Norske Theater de Bergen, lui propose d'en devenir le directeur artistique. Henrik Ibsen accepte ce poste, et s'installe à Bergen ; il réalise également un voyage d'études à Copenhague puis à Dresde pour se familiariser avec les techniques du théâtre. Ses propres représentations n'y connaîtront pas un grand succès. En 1858, il épouse Suzannah Thorensen et devient conseiller artistique au Christiana Theater. Leur fils Sigurd naîtra le 23 décembre de l'année suivante. En 1862, le Christiana Theater doit fermer ses portes, et Henrik Ibsen, libéré de ses obligations de directeur, fait un voyage dans le Gudbrandsdal et l'Ouest de la Norvège pour récolter des éléments de légendes populaires nordiques. En 1864, il obtient une bourse et quitte la Norvège pour Rome. Il ne reviendra pas dans son pays d'origine avant vingt-sept ans. Il voyage à travers l'Europe, passant par l'Allemagne, l'Autriche et l'Italie, et son écriture s'incline vers le réalisme social, délaissant les influences du romantisme. Le drame social Une Maison de poupée (1879) aura un succès international et dans les années qui suivent, sa renommée devient telle que ses pièces sont montées presque simultanément dans les capitales d'Europe. Lorsqu'il rentre en Norvège en 1891, ce sera en auteur internationalement connu. Son soixante-dixième anniversaire, en 1898, est l'occasion de festivités nationales, à Christiana, Copenhague et Stockholm notamment. En 1900, il est victime d'une attaque cérébrale qui le laisse dans l'incapacité d'écrire jusqu'à son décès le 23 mai 1906. Ses principales pièces sont : Catilina (1848), Les combattants (1850), Norma (1851), Les Prétendants à la Couronne (1859), Brand (1865), Peer Gynt (1867), Maison de Poupée (1879), Les Revenants (1881), Le Canard sauvage (1884), Hedda Gabler (1890), Le Constructeur Solness (1892), Le Petit Eyolf (1894), Quand nous, morts, nous réveillerons (1899).