Share/Bookmark
[archive théâtre]
L'entretien de M. Descartes avec M. Pascal le Jeune

genre: divers


auteur
Jean-Claude Brisville
metteurs en scène
image disponible Daniel Mesguich, image disponible William Mesguich
comédiens
image disponible Daniel Mesguich, image disponible William Mesguich

  • du 10-10-07 au 22-12-07
    55, Rue de Clichy, 75009 Paris
    tel: 01 44 53 88 88

    infos: Du mardi au samedi à 19h. Le dimanche à 17h30.


critique
++__ Le choc des pensées

Affiche Affiche Descartes (Daniel Mesguich) peut-il compter sur le jeune Pascal (William Mesguich) pour prendre la relève? Descartes (Daniel Mesguich) peut-il compter sur le jeune Pascal (William Mesguich) pour prendre la relève?

Forum
Soyez le premier à donner votre avis
[critique]

++__ Le choc des pensées

par Anne Eyrolle le 07-10-07

Paris, 24 septembre 1647. Dans la discrétion d'un appartement, les deux penseurs les plus célèbres de leur temps se rencontrent. Descartes, 51 ans, déjà l'essentiel de son oeuvre derrière lui, et Pascal, 24 ans, encore loin de rédiger ses "Pensées" de trentenaire mature. Deux génies scientifiques avant que d'être philosophiques, deux pionniers de la pensée, mais deux visions du monde profondément contradictoires : Descartes, matérialiste, bon vivant, dresse la raison humaine au dessus de tout tandis que Pascal, déjà très malade, tourmenté, traverse alors une période mystique profonde. Qu'est-ce que ces deux hommes ont-ils bien pu se dire, ce jour de 1647?

Jean-Claude Brisville imagine : se sentant au crépuscule de sa vie, Descartes espère pouvoir convaincre le jeune Pascal de prendre sa succession et poursuivre ses travaux. A partir de ce postulat, Brisville développe un dialogue d'une perspicacité quasi-historique où se révèlent deux personnalités passionnées et passionnantes. Foi contre Raison, jouissance dans la souffrance contre quête de moindre tracas, le choc des pensées n'a rien perdu de sa vitalité.

A la première création de cet Entretien, en 1985, Daniel Mesguich était déjà de la partie, dans le rôle de Pascal le Jeune (Henri Virlojeux interprétait Descartes). Pour cette reprise, il a choisi de passer le relai à son fils, William. Un pied de nez au texte? Dans tous les cas, un excellent choix. Dans une mise en scène très classique, en costumes et décors d'époque, (et quelques petits anachronismes comme un poste de radio - du Mesguich père tout craché) ils se livrent à un jeu d'acteurs irréprochable. Daniel Mesguich met ce qu'il faut d'ironie et de truculence dans son personnage de vieil homme devenu sage malgré lui. Tout de fièvre, de tourment, d'ardent mysticisme agité, William Mesguich émeut autant qu'il convainct dans la peau de Pascal.

Ce spectacle se hisse aisément au niveau du texte : brillamment réaliste, à valeur presque historique. Peut-être trop; quelques audaces dans la mise en scène aurait peut-être permis d'éviter le piège d'une certaine lenteur monotone. Mais c'est sans regret : quand deux grands hommes se rencontrent, l'ambiance peut se permettre d'être parfois plombante.

[bio]
metteur en scène: Daniel Mesguich
UNDEF

Acteur, metteur en scène et professeur de théâtre français né en 1952 à Alger.

D'abord étudiant en art dramatique au Conservatoire de Marseille, il monte à Paris où, après avoir suivi des cours de philosophie à la Sorbonne, il intègre le Conservatoire National supérieur d'Art Dramatique de Paris où il a Antoine Vitez et Pierre Debauche comme professeurs.

Dès le début des années 70, il commence son activité de metteur en scène de théâtre, et même s'il joue aussi au cinéma et à la télévision, c'est la scène qui l'occupe le plus. En 1974, il fonde sa compagnie, le Théâtre du Miroir, qui,...

[lire la suite]