Share/Bookmark
[archive théâtre]
Le professionnel

genre: divers


auteur
image disponible Dusan Kovacevic
metteur en scène
Stephan Meldegg
comédien
image disponible Jean-Pierre Kalfon

  • du 01-10-07 au 06-01-08
    6 rue de la Gaité, 75014 Paris
    tel: 01 43 35 32 31
    site: www.edgar.fr

    infos: Du mardi au samedi à 20h. Le dimanche à 15 h


critique
- Pro mais ennuyeux

UNDEF

Forum
Soyez le premier à donner votre avis
[critique]

-___ Pro mais ennuyeux

par Pauline David le 27-10-07

"Le professionnel" fait un peu figure d'ovni dans la programmation du Théâtre Rive Gauche à côté des affiches des comédies comme "Un vrai bonheur 1 et 2" ou encore de "Prédateurs". C'est un pari osé pour ce théâtre de programmer cette pièce qui aborde la Serbie de Tito au lendemain de l'effondrement de la Yougoslavie et au moment de la libéralisation politique.

Malheureusement ce choix se révèle peu concluant. Certes, l'intrigue de cette pièce de Dusan Kovacevic, co-scénariste d'Underground, le fameux film d'Emir Kusturika, s'annonce passionnante: Theodor Kraj, écrivain récemment promu au poste d'éditeur, reçoit la visite de Luca, un ancien membre de la police secrète, qui, pendant 15 ans, l'a suivi pas à pas et a retranscrit toutes ces paroles pour en faire une oeuvre littéraire. A une période où, la population a perdu tous ses repères, où la hiérarchie traditionnelle du régime est totalement bouleversée, la rencontre entre cet ancien policier et cet écrivain arriviste s'avère être des plus captivantes.

Mais ce texte n'est pas adapté à la scène. En effet, la spécificité de l'écriture dramatique est de nous donner à voir des histoires en mouvement. Or, ici, le "camarade Luca" s'applique à nous conter les quinze dernières années de l'écrivain en n'utilisant que le discours rapporté. Impossible d'éviter la lourdeur et l'immobilisme. Le metteur en scène Stephan Meldegg a pourtant essayé, mais ce ne sont pas les quelques déplacements entre le canapé et le fauteuil qui peuvent suffire à rendre l'affaire plus vivante, surtout dans ce décor grisâtre et vétuste. Si l'atmosphère de la Serbie chamboulée est bien rendue, c'est au risque de plonger le public dans un ennui profond.

Restent les comédiens. Malgré la complexité du texte qui les contraint parfois à s'empêtrer dans des digressions aussi floues que rocambolesques, ils sont remarquables de talent. Jean Pierre Kalfon, d'abord. Mais aussi Jean-Marie Galley, très émouvant dans le rôle de l'écrivain désillusionné "nommé par quelqu'un, ici et pour l'heure, pour s'occuper et prendre soin de quelque chose"; Quant aux quelques interventions de Muranyu Kovacs et de Jérôme Le Paulmier, on les auraient souhaité plus nombreuses, pour donner une dimension théâtrale à cette pièce pétrifiée. Et, il faut le reconnaître, très ennuyeuse.

[bio]
auteur: Dusan Kovacevic
UNDEF

Auteur, scénariste, réalisateur serbe né en 1948 à Mrđenovac (Voïvodine, Serbie).

Auteur dramatique serbe le plus connu dans son pays et à l'étranger, il a écrit une vingtaine de pièces traduites dans plus de quinze langues, dont "Les Marathoniens courent leur tour d'honneur", "Radovan III", "L'espion balkanique", "Le professionnel", ou encore "Le printemps en janvier" qui a servi de base au scénario du film "Underground", réalisé par Kusturicza.

Il a réalisé deux films, adaptés de ses textes : "Le professionnel" et "L'espion balkanique".

Il a été en 2005 nommé ambassadeur ...

[lire la suite]