Share/Bookmark
[archive théâtre]
Cinq Filles couleur pêche

genre: divers / durée: 1h10


auteur
Alan Ball
metteur en scène
Marie-Laure Malric
comédiens
image disponible Héloïse Martin, Laure Sardin, Vanessa Aiffe, Vijaya Tassy, Christelle Frigout, image disponible Delphine Herrmann

  • du 18-11-07 au 31-12-07
    3 rue Clavel, 75019 Paris
    tel: 01 42 38 22 58
    site: www.theatre-clavel.com

    infos: mardi, mercredi 20h jeudi au samedi 21h30

    prix: de 12 € à 20 €

critique
+___ joli gâteau trop sucré

affiche affiche

Forum
Soyez le premier à donner votre avis
[critique]

+___ joli gâteau trop sucré

par Louis-David Mitterrand le 18-11-07

La couleur pêche dans les mariages américains se retrouve souvent sur les demoiselles d'honneur, qui sont tenues d'arborer une robe longue d'apparence plutôt modeste et dont la couleur ne porte pas d'ombrage à celle de la mariée. Mais aux USA, ces demoiselles sont XXL. Ce ne sont pas les petites poupées assorties des mariages français, mais plutôt les meilleures copines et la famille proche, des grandes filles émancipées qui font aussi office de témoin. Être ou ne pas être choisie "bridesmaid" est un enjeu sérieux là-bas, un révélateur de relations. Et ce n'est pas tout, il y a une hiérarchie: laquelle sera maid of honour, c'est à dire première demoiselle?

Ah! l'esprit de compétition et la manie des classements de la société américaine. Est-ce cela qui pèse sur nos cinq filles? Elles se retrouvent dans la chambre de Margaret, soeur de la mariée, et, unies par la circonstance, réalisent leur proximité. Au-delà de celle qui les unit à la femme du jour. Entre pétards, maquillage et bouteilles de champagne ça déballe sec, chacune avec son caractère, sa vie et ses névroses. Outre la soeur susnommée et sarcastique fumeuse de joints, on y trouve Brenda, lesbienne et grande-gueule, le vilain petit canard Georgina, Julia la sympa qui collectionne les mecs et finalement Frances la puritaine. Une vraie société en réduction. Alan Ball, également auteur d'"American Beauty" et d'épisodes de "Six pieds sous terre", a dû observer les femmes entre elles tel une petite souris dans son trou. Il cède habilement sa place d'entomologiste au spectateur qui se sent un vilain curieux exposé malgré lui à des secrets d'alcôve. On y parle de mecs, mais pas seulement, de tout autre sujet futile ou tragique dans le désordre saccadé des conversations de filles.

La fine équipe qui présente cette oeuvre à connu un franc succès au Festival Off 2007 d'Avignon. On y parlait des "Cinq Filles" aux terrasses des cafés. Le temps m'avait manqué pour les voir mais voilà une lacune comblée. C'est une mise en scène ingénieuse et radicale, où l'on emprunte au monde de la marionnette et du dessin animé. Les influences sont nombreuses et les clins d'oeil fourmillent. Des idées, il y en a incontestablement dans ce spectacle, même si le mélange est parfois indigeste. La richesse des personnages peine à percer sous l'accumulation des astuces de mise en scène. Une plus grande austérité m'aurait aidé à mieux suivre et aimer ces cinq filles, qui le méritent. Ces comédiennes (dont je me retiendrai de dire qu'elles ont la pêche) partagent une évidente complicité autour du projet et on n'a pas fini d'entendre parler d'elles, ensemble ou séparément. Il faudrait juste faire appel à Monsieur Moins (le frère du Monsieur Plus qui travaille chez Bahlsen), pour enlever quelques trucs un peu trop sucrés de ce joli gâteau.