Share/Bookmark
[archive théâtre]
Phasmes

genre: seul en scène


auteurs
Franz Kafka, Louis Aragon, Jorge Luis Borges, Eric Chevillard, Pierre Debauche, image disponible Jean-Michel Ribes, Jehan Rictus, Hélène Cixous, image disponible Serge Valletti, Roland Dubillard, Eve Bonfanti, Daniil Harms
metteur en scène
image disponible Daniel Mesguich
comédien
image disponible Daniel Mesguich

  • du 07-03-08 au 26-04-08
    2 bis avenue Franklin Roosevelt, 75008 Paris
    tel: 01 44 95 98 21
    site: www.theatredurondpoint.fr

    infos: Du mardi au dimanche à 18h30. Relâche les 9, 14, 15, 16, 18, 23 mars. Durée : 1h10.

    prix: de 10 € à 28 €

critique
++__ Acteur à plumes

Affiche Affiche

Forum
Soyez le premier à donner votre avis
[critique]

++__ Acteur à plumes

par Marion Lafond le 18-03-08

On avait quitté Daniel Mesguich en Descartes vieillissant face au jeune Pascal, interprété par son fils William, dans une conversation librement imaginée par Jean-Claude Brisville (lire notre critique de "L'entretien de M.Descartes avec M.Pascal le Jeune"). C'est dans un tout autre registre qu'on le retrouve aujourd'hui au théâtre du Rond-Point dans " Phasmes ". Phasmes... ? Des insectes prenant l'apparence de ce qui les entoure... au point de se rendre invisibles. C'est la métaphore qu'entend illustrer Mesguich, en s'emparant d'extraits d'auteurs hétéroclites du répertoire français et étranger, tels que Louis Aragon, Roland Dubillard, Eric Chevillard, Jorge Luis Borges ou encore Franz Kafka... pour les renommés. Mais aussi ceux de Pierre Debauche ou Jehan Rictus, moins connus. Peu importe, il les lit tous avec finesse et poésie, sachant aussi bien rendre la beauté de la prose de Borges, tragique, que celle, absurde, de Dubillard.

La mise en scène est soignée mais sobre : le comédien évolue sur la scène, avec en arrière-plan une imposante bibliothèque, sur laquelle sont projetés en néon les noms des auteurs lus (les décors et accessoires sont l'oeuvre de François Marsollier). Elle s'adapte parfaitement à ce récital, tour à tour émouvant, grotesque ou drôle. Mesguich trouve à chaque fois le ton, comme habité, par la plume grave d'un Aragon ou d'un Kafka comme par la verve comique d'un Valletti ou d'un Ribes. Et la séquence finale du "Téléphone", toute dans l'autodérision, est jouissive : dialoguant avec Ribes, le combiné à l'oreille : " Merci Jean-Michel, continue d'écrire des dialogues sans le moindre intérêt, l'acteur en sort grandi "...

Les spectateurs réticents au jeu qu'ils ont pu parfois juger affecté de l'acteur reviendront sans nul doute, avec " Phasmes ", sur leurs positions. Plus qu'une simple lecture, cette "matrice théâtrale à la frontière entre un mouvement théâtral intérieur et son devenir visible", selon les termes du comédien lui-même, était un pari audacieux. Daniel Mesguich le relève avec brio.

[bio]
metteur en scène: Daniel Mesguich
UNDEF

Acteur, metteur en scène et professeur de théâtre français né en 1952 à Alger.

D'abord étudiant en art dramatique au Conservatoire de Marseille, il monte à Paris où, après avoir suivi des cours de philosophie à la Sorbonne, il intègre le Conservatoire National supérieur d'Art Dramatique de Paris où il a Antoine Vitez et Pierre Debauche comme professeurs.

Dès le début des années 70, il commence son activité de metteur en scène de théâtre, et même s'il joue aussi au cinéma et à la télévision, c'est la scène qui l'occupe le plus. En 1974, il fonde sa compagnie, le Théâtre du Miroir, qui,...

[lire la suite]