Share/Bookmark
[archive théâtre]
Deux petites Dames vers le Nord

genre: comédie / durée: 1h30


auteur
image disponible Pierre Notte
metteur en scène
Patrice Kerbrat
comédiens
image disponible Catherine Salviat, Christine Murillo

  • du 12-03-08 au 12-07-08
    7 rue Louis le Grand, 75002 Paris
    tel: 01 42 61 44 16

    infos: mardi au samedi 21h dimanche 16h


critique
+___ franchouillardise

affiche affiche

Forum
Soyez le premier à donner votre avis
[critique]

+___ franchouillardise

par Louis-David Mitterrand le 23-03-08

Malgré tous leurs efforts, en dépit du talent des comédiennes, les deux petites dames ne font pas rire. D'ailleurs, on s'attendrait d'abord à être ému par l'histoire de ces deux soeurs partant vers la tombe de leur père, disparu depuis 25 ans, pour lui "annoncer" la mort de leur mère. L'occasion de retours, de souvenirs, de regrets longtemps tus: un joli sujet, en somme. Mais l'objectif de Pierre Notte était d'essayer d'amuser, avant tout. Au point d'en oublier de construire des personnages crédibles pris dans une "véritable" histoire. Cela aboutit à une succession de saynètes, certes plutôt bien mises en scène, mais passablement décousues.

Le périple pourrait passer pour divertissant -surtout grâce à Catherine Salviat et Christine Murillo, excellentes- s'il n'était régulièrement frappé de sentences, d'opinions personnelles et de lyrismes intempestifs. En glissant ces paroles dans la bouche de ses personnages, l'auteur refuse de quitter la scène et gêne le spectacle.

Puis les petites dames ont un parcours bien balisé: le spectateur sait à tout moment où elles se trouvent en Picardie, au nom de village près. Le travail sur ces détails est peut-être méritoire, mais il n'apporte absolument rien à une farce. Ils donnent plutôt l'impression d'un dérapage : comme si les jalons d'une histoire plus sérieuse avaient d'abord été posés, puis qu'on s'était ravisé par peur d'ennuyer.

De ces dames, et de leurs parents morts, on ne saura presque rien, trop peu en tout cas pour s'y attacher. Le rôle, étroit, qu'on leur fait endosser pour amuser à tout prix les confine à un prototype franchouillard finalement assez déplaisant. Leur tout petit monde devient étouffant, et embarrassé de clichés. Par exemple, les attaques assez convenues sur l'autorité, quand elles doivent répondre à la police du vol d'un bus. La société est bien pusillanime de vouloir les en empêcher, nous explique t-on, et les policiers des empêcheurs de jouir bornés. Voilà qui est original.

Si la nouvelle comédie de l'auteur de l'inattendu "Moi aussi je suis Catherine Deneuve" mérite d'être découverte, c'est pour les comédiennes qui se livrent à un vrai numéro et n'épargnent pas leur peine pour rendre le voyage à peu près agréable.

[bio]
auteur: Pierre Notte
Pierre Notte

Romancier, dramaturge et journaliste français né à Amiens.

En 1993, Maurice Nadeau publie son premier roman "La chanson de Madame Rosenfelt".

Journaliste, il est d'abord critique dramatique aux magazines Le Nouvel Observateur, L'événement du Jeudi, la Terrasse, Epok... En 2004-05, il est rédacteur en chef du magazine « Théâtres ».

Signant de nombreux textes pour le théâtre, celles-ci sont notamment jouées au Lycée Saint-Louis Saint-Clément de Viry-Châtillon dont il est, depuis 1998, l'intervenant artistique de l'option théâtre-expression dramatique.

En août 2005, sa pièce "Moi ...

[lire la suite]