Share/Bookmark
[archive théâtre]
Beaucoup de Bruit pour rien

genre: comédie / durée: 1h15


auteur
William Shakespeare
metteur en scène
Philippe Person
comédiens
Olivier Guilbert, Sylvie Van Cleven, Michel Baladi, Emmanuel Barrouyer, Anne Priol, Caroline Victoria

  • du 30-04-08 au 30-07-08
    53 rue Notre Dame des Champs, 75006 Paris
    tel: 01 45 44 57 34
    site: www.lucernaire.fr

    infos: mardi au samedi 20h


critique
+___ Happy days

affiche affiche

Forum
Soyez le premier à donner votre avis
[critique]

+___ Happy days

par Louis-David Mitterrand le 05-05-08

L'idée de transposer cette comédie dans l'Amérique des années 50 est intéressante. Ca réchauffera les nostalgiques de la série "Happy days", même s'il y manque un Fonzie. Shakespeare, comme toujours, est fort obligeant avec ce genre d'adaptation. Malgré sa réduction à 1h15 et six personnages, la pièce continue de tourner plutôt bien. C'est dire si la matière première est saine. Claudio et Benedick rentrent de la guerre: il est temps pour eux de prendre femme. L'un éprouve un amour partagé pour la douce Hero, l'autre se chamaille avec la piquante Béatrice. Pour ces derniers il faudra donc aider le destin. Quant au projet de mariage des tourtereaux, il y aura évidemment un grain de sable. Le jaloux Don Juan ourdit une machination pour le faire échouer.

C'est jeune, frais, mignon, sympathique. Du Shakespeare allégé pour appétit d'oiseau. Idéal pour une première partie de soirée suivie d'un dîner en amoureux. Si après ça elle (ou il) ne décoince pas, le cas est désespéré. Le metteur en scène Philippe Person a choisi de privilégier le rythme aux dépens de la psychologie des personnages. C'est un parti pris honorable. Pour ma part j'aime bien les plats plus épicés. Même les comédies légères peuvent bénéficier d'un peu de distance, d'ironie vis à vis des personnages, mais le dosage est délicat. A cet égard le personnage de Don Juan, trouble à souhait, est une réussite. Les autres hommes pourraient être un brin plus virils. Ne rentrent-ils pas de la guerre assoiffés de sexe, le goût du sang encore dans la bouche?