Share/Bookmark
[archive théâtre]
Les bavards

genre: opérette / durée: 1h05


metteur en scène
Ned Grujic
compositeur
Jacques Offenbach
comédiens
Margot Dutilleul, Violaine Fournier, Gaëlle Pinheiro, Philippe Scagni, Frédéric Rubay

  • du 12-11-08 au 13-12-08
    1 avenue Junot, 75018 Paris
    tel: 01.42.54.15.12

    infos: Du mardi au samedi à 19h30. Les dimanches 16/11, 23/11, 30/11, 7/12 à 16h. Relâche exceptionnelles les vendredis 21 et 28 novembre.

    prix: de 10 € à 23 €

critique
++__ Un peu de fraîcheur

Affiche Affiche Deux bavards de La Compagnie Minute Papillon Deux bavards de La Compagnie Minute Papillon

Forum
Soyez le premier à donner votre avis
[critique]

++__ Un peu de fraîcheur

par Pauline David le 21-11-08

Autant prévenir tout de suite, les premières minutes vont sans doute se révéler un peu rudes pour ceux qui, comme moi, sont peu habitués au genre de l'opérette. Un décor plutôt rétro, des costumes faussement modernes et un jeu assez poussif font d'abord regretter le choix de cette pièce d'Offenbach. Mais peu à peu, les acteurs se détendent et le jeu se libère laissant la place à un humour frisant l'absurde.

Pour monter ce spectacle, le metteur en scène a pris le parti de moderniser cette pièce méconnue d'Offenbach en la transposant dans une Espagne contemporaine. Là, les jeunes amants arborent des tenues pseudo punk et les maires de village sont des femmes de pouvoir prêtes à tout pour réussir. Dans cette société du milieu du dix-neuvième siècle, la parole est pouvoir et la communication valeur suprême. Ici, les mots sont partout, ils envahissent le décor, les costumes. Ils sont une drogue dont use les personnages pour assouvir leur besoin d'exister. Tous ont cependant leur raison de parler pour ne rien dire : Béatrix souhaite combler le vide de son existence, Roland souhaite conquérir son amante tandis que Christabelle, la maire du village rêve de pouvoir et de toute puissance. Chacun à sa manière s'enferme dans un monologue hermétique, bercé par la certitude de son importance.

Mais au-delà de cet incisif portrait de notre propre société, la réussite du spectacle tient avant tout à sa formidable troupe. Si leur talent d'acteurs ne parvient pas à égaler celui de chanteurs, leur bonheur de jouer manifeste et leur fraîcheur réussissent à nous faire oublier ce jeu parfois caricatural, symptomatique du genre. Ils s'amusent et le public aussi. Et malgré un dénouement expéditif et assez frustrant, on en sort léger et ravi.