Share/Bookmark
[archive théâtre]
La Nuit des rois

genre: comédie / durée: 3h00 / entracte: 1


auteur
William Shakespeare
metteur en scène
Nicolas Briançon
comédiens
Arié Elmaleh, image disponible Chloé Lambert, Henri Courseaux, Yves Pignot, Yannis Baraban, Jean-Paul Bordes, François Siener, image disponible Emilie Cazenave, Thibaut Lacour, Aurore Stauder, Sophie Mercier, Pierre-Alain Leleu, Sara Giraudeau

  • du 05-09-09 au 28-05-10
    4 bd de Strasbourg, 75010 Paris
    tel: 01 42 38 22 22
    site: www.theatrecomedia.com

    infos: Du mardi au vendredi à 20h30. Le samedi à 21h

    prix: de 15 € à 50 €

critique
+++_ Quand Shakespeare fait du vaudeville

Affiche Affiche Viola (Sara Giraudeau) en messager du duc amoureux d'Olivia (Chloé Lambert) Viola (Sara Giraudeau) en messager du duc amoureux d'Olivia (Chloé Lambert)

Forum
Soyez le premier à donner votre avis
[critique]

+++_ Quand Shakespeare fait du vaudeville

par Anne Eyrolle le 26-09-09

Le metteur en scène Nicolas Briançon a voulu transporter Shakespeare et sa comédie la plus délirante dans l'Angleterre du début du XXème siècle. Tout y est: costumes, accessoires... C'est pourtant davantage du côté de Feydeau qu'on se retrouve. Malentendus, quiproquos, mensonges, désir, manipulations... S'il n'y a pas de portes à faire claquer ni d'amants à dénicher sous les lits, il y a bien, en revanche, tous les ingrédients qui transforment les vaudevilles en fête de l'amour. Et la salle ne s'y trompe pas, qui rit franchement et en redemande après pas moins de 3h de spectacle.

Pour l'histoire : d'après son titre original, Tweelfth Night, La Nuit des rois, évoque la douzième nuit après Noël qui marque le début du carnaval, fête menée par le roi des fous. Deux jumeaux, Viola et Sébastien, échouent sur une île, chacun croyant l'autre disparu en mer. Sur cette île imaginaire d'Illyrie, le Duc Orsino vit dans le chagrin absolu : endeuillée, la belle comtesse Olivia refuse ses avances comme celles de tous les hommes qui se présentent. Jusqu'à ce qu'un certain Césario lui rende visite. En réalité, il s'agit de Viola qui, pour travailler, s'est déguisé en homme et s'est mise au service du duc -dont elle est aussitôt devenue "le proche confident" et le messager. Un imbroglio se met en place, premier d'une longue série de rebondissements et de malentendus, dans l'univers carnavalesque de la cour du roi.

A l'origine, la pièce de Shakespeare mêle le comique au tragique de la passion et surtout au rêve, à la magie, à la folie. Le parti-pris de Briançon n'a pas ses nuances : ici le rire est franc, l'ivresse démonstrative et les amours capricieuses. C'est de la pure comédie pour ce théâtre du boulevard de Strasbourg - façon boulevard, donc. Et tant pis pour les amateurs de la finesse Shakespearienne - ce spectacle a un esprit de réjouissance qui s'adresse au plus grand nombre et à tous les âges.

Emmenée par des comédiens tous pétillants, unis et heureux d'être de la partie, cette "Nuit des rois" se termine comme une bonne soirée de théâtre : avec les sourires ravis des spectateurs. Une réussite.