Share/Bookmark
[archive théâtre]
Maison de poupée

genre: drame / durée: 1h30


auteur
Henrik Ibsen
metteur en scène
image disponible Michel Fau
comédiens
image disponible Audrey Tautou, Pascal Elso, Sissi Duparc, Nicolas Woirion, Flore Boixel, image disponible Michel Fau

  • du 16-02-10 au 26-06-10
    103 A boulevard Auguste Blanqui, 75013 Paris
    tel: 01.45.88.62.22
    site: www.theatre13.com

    infos: Du mardi au samedi à 21h. Matinales le samedi à 18h. A partir du 27 mai, le dimanche à 15h.

    prix: de 10 € à 47 €

critique
+++_ Révélation

Affiche Affiche

Forum
Soyez le premier à donner votre avis
[critique]

+++_ Révélation

par Anne Eyrolle le 05-03-10

Oui, "Révélation", parce qu'il était facile de s'installer dans le théâtre de la Madeleine, bourré d'inquiétudes quant au résultat de cette affiche attrayante. Certes, Audrey Tautou est une actrice qui a su se rendre attachante. Mais c'était au cinéma, grâce à un film "facile", aussitôt devenu succès international. Comment ne pas aimer Amélie? Et comment, de fait, ne pas redouter la déception en la découvrant au théâtre, dans un rôle aussi délicat que celui de Nora? Et, surtout, aux côtés d'un comédien aussi imposant que Michel Fau?

Bref rappel de l'histoire pensée par le norvégien Ibsen au début du XIXème : Nora est la jolie et dévouée épouse d'un carriériste, et la mère parfaite de deux enfants. Elle n'a rien à se reprocher. Ou presque : un mensonge par omission. Quand son mari n'allait pas bien, et avant qu'il n'obtienne ce poste en or, elle a payé de sa poche -et non de celle de son père- l'argent leur permettant de prendre un peu de bon temps à l'étranger, sous le soleil bienfaisant d'Italie qui a su remettre son mari sur pied. Mais chut! C'est un secret et Nora ne saurait avouer un tel emprunt et un pareil soutien à son mari, sans risquer de le vexer... Seulement, le témoin de cette imposture refait surface, et la tâche de la gentille épouse se complique. Jusqu'à lui permettre de comprendre l'absurdité de sa soumission au silence et au respect de l'orgueil mâle.

C'est tout en douceur, tout en suspense, même, qu'Audrey Tautou délivre progressivement Nora de ses chaînes et l'entraîne du côté des premières féministes. D'abord petit animal sautillant pour un rien, -"mon alouette", "mon écureuil", lui susurre affectueusement son mari-, elle devient peu à peu femme. Jolie poupée joyeuse dans un décor plombant, elle devient sujet pensant. Plus que femme, même, pour son époque et son milieu bourgeois. Michel Fau est le parfait partenaire. Ici, tout en justesse, à l'écoute, modérant ses excès.

Sa mise en scène n'est pas moins convaincante. Aux récentes adaptations très contemporaines et réalistes de la pièce d'Ibsen, Fau préfère une vision plus originelle, qui nous renvoie dans la Norvège du XIXème. Animaux empaillés, décors sombres, costumes serrés : c'est étouffant à souhait. Et plus encore : les visages blafards et yeux charbonneux des acteurs nous transportent du côté de Tim Burton. Ou de la famille Adams, à laquelle on ne peut s'empêcher de penser en voyant apparaître les deux enfants bien coiffés. Un monde corseté, angoissant, oppressant qui autorise pourtant le rire, mais nerveux, inquiet. Jaune.

Le duo est remarquable. Loin de s'effacer derrière Michel Fau, Audrey Tautou s'impose avec lui. Devant lui. Au détriment des autres comédiens qui semblent avoir eu du mal à trouver leur place. Sissi Duparc est une madame Linde pas assez convaincante, et l'on attendrait beaucoup plus d'ambiguïté de la part du Docteur Rank incarné par Pascal Selso. Mais sans doute faut-il du temps et de l'audace pour trouver son chemin entre ces deux bêtes de scène.

[bio]
metteur en scène: Michel Fau
Michel Fau

Comédien et metteur en scène français né en 1965.

Après une formation au Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique de Paris, il travaille avec Michel Bouquet, Jacques Weber, Gabriel Garran, Gilberte Tsaï.

Il joue sous la direction de Laurent Gutmann dans Le nouveau Menoza de Lenz, Jean-Luc Lagarce dans La Cagnotte d'Eugène Labiche, Jean-Claude Penchenat dans Peines d'Amour perdues de Shakespeare, Pierre Guillois dans Pélléas et Mélisande de Maeterlinck, Stéphane Braunschweig dans Le Marchand de Venise de Shakespeare, Jean Gillbert dans Athalie de Racine. Il crée le monologue H...

[lire la suite]