Share/Bookmark
[archive théâtre]
Oxu

genre: comédie / durée: 1h30


auteurs
Jean-Claude Leguay, Christine Murillo, Grégoire Oestermann
metteurs en scène
Jean-Claude Leguay, Christine Murillo, Grégoire Oestermann
comédiens
Jean-Claude Leguay, Christine Murillo, Grégoire Oestermann

  • du 06-05-10 au 17-07-10
    7 rue Louis le Grand, 75002 Paris
    tel: 01 42 61 44 16

    infos: Du mardi au samedi à 20h30. Matinée le samedi à 17h30.


critique
+++_ D'une agaçante vérité

Affiche Affiche

Forum
Soyez le premier à donner votre avis
[critique]

+++_ D'une agaçante vérité

par Christian Krumb le 21-05-10

Quel est votre meilleur mauvais souvenir ? À partir de cette simple question, Christine Murillo, Jean-Claude Leguay et Grégoire ¼stermann passent en revue tous les tracas, petits et grands, qui émaillent notre quotidien.

Il faut reconnaître qu'en la matière, ils en connaissent un rayon. Depuis de longues années, à la manière des Académiciens, ces trois acolytes se réunissent régulièrement en séances plénières pour composer Le Baleinié (1), un dictionnaire d'un genre particulier qui s'est donné pour mission de répertorier toutes ces contrariétés d'apparence insignifiante qui nous compliquent l'existence, et qui, cumulées les unes aux autres, finissent par l'empoisonner carrément. Cela va de " la cigarette allumée par le filtre " au " pied de table contre lequel vous heurtez violemment le petit orteil " en passant par " la personne qui vous embrasse comme du bon pain et dont vous êtes incapable de vous souvenir du nom " ou encore le " silence obstiné du conducteur de bus, stoppé à un feu rouge juste après l'arrêt, à qui l'on demande d'ouvrir la porte ".

En plus d'" accompagner et de consoler ceux qui ressentent l'exil de l'infortune ", le premier mérite de cette collecte est de nous montrer que tous les désagréments dont chacun croit être seul à pâtir et que nous passons généralement sous silence, le rouge aux joues rien que d'y penser, sont en réalité le lot d'un grand nombre d'individus ici-bas, si ce n'est de tout le genre humain. Qui en effet n'a jamais " réfléchi en suçant son feutre par le mauvais bout " ? Quel automobiliste n'a jamais " manqué la bretelle d'autoroute parce qu'un camion cachait systématiquement le panneau " ? Quel soulagement de savoir qu'il arrive à d'autres qu'à soi de " manger son dessert à côté de quelqu'un qui en est au fromage " ou de " découper la galette en heurtant la fève du premier coup ", et de découvrir que vous n'êtes pas le seul à avoir le " don inné de chercher d'abord dans la mauvaise poche "!

Mais nos experts ne se sont pas contentés de décrire et de compiler nos avanies et déconvenues. Partant du principe qui veut que nommer ce dont on souffre offre un début de consolation, ils se sont mis en tête de leur donner un nom. Pour cela, ils se sont donné une règle : " Les mots seront neufs, basés sur des principes d'euphonie (saspigoule...), voire de cacophonie (vruter...) ". À vous de deviner ce que désignent un pani-pané, un priadour ou un troosme (2). On l'a compris, ce dictionnaire doit plus à l'Oulipo qu'à l'Académie française. D'une réjouissante invention tout autant que parfaitement décomplexant, Le Baleinié nous offre en outre l'occasion d'une étude sociologique unique. Ces situations de rien mises bout à bout, voilà en effet que se dessine devant nous, comme devant un miroir, un portrait assez ressemblant du Français moyen, croqué certes sous son profil le moins flatteur, râleur à souhait, grand surtout par ses lâchetés et ses mesquineries, et que les blessures d'amour propre rendent inconsolable. De leur dictionnaire de l'infortune, les trois experts ont fait un spectacle qui tient davantage de la quincaillerie que de l'Institut.

Sur scène, ils sont entourés, que dis-je, cernés de toutes parts par ce qui constitue une source inépuisable de tracas (et de gags) : les objets domestiques, qui semblent avoir leur vie propre et échapper à tout contrôle et se manifestent de façon intempestive tout au long du spectacle, comme cette spovia (" radio qui ne marche que si on lui tient l'antenne ", qui désigne aussi, par extension, " un adolescent peu porté sur les études "). Comme un ultime pied de nez (de clown) aux tenants de la bienséance, c'est en musique et avec un plaisir non dissimulé que ces grands enfants pas comme il énumèrent les tracas de water, dans une liste digne de Rabelais. Mais là où nos comparses font mouche, c'est quand tout à coup, derrière le rire, pointe une fêlure cachée. Je pense à l'angoisse abyssale qu'il y a à se retrouver " le seul dans le vestiaire à qui on n'a pas volé son portefeuille " ou de " mettre un jeton dans une auto-tamponneuse et s'apercevoir qu'on est seul sur la piste ". Ou encore de " mourir sans avoir rangé ses affaires ". Il y a aussi ce poignant " sourire qu'on connaissait si bien qui maintenant ne vous est plus adressé ".

En complément de programme, il est fortement conseillé de voir Xu(3), dont Oxu est la suite. Il comporte de vrais moments d'anthologie, quand, par exemple, pour illustrer son incapacité à " raconter une histoire triste sans pleurer " Christine Murillo se lance dans le récit pathétique du Voile bleu, un mélo oublié des années 1930, avec Gaby Morlay. Et si l'important en définitive n'était pas de vivre une vie sans tracas, mais d'être capable d'en rire, d'en pleurer de rire - et par seulement de ceux de son voisin. Quel mot pourrait-on inventer pour désigner cela ?

(1) Christine Murillo, Jean-Claude Leguay et Grégoire ¼stermann, Le Baleinié, dictionnaire des tracas, trois tomes à ce jour, Le Seuil, 2003, 2005, 2007. Ils en ont tiré un premier spectacle, Xu, créé au théâtre du Rond Point en 2006. Oxu en est la suite.

(2) Sasgipoule : découverte tardive d'un bout de verdure coincé entre vos dents ; Vruter : ne pas pouvoir s'arrêter de manger des cacahuètes salées, et par ext. : regarder la télé quand même ; Pani-pané : insomnie rythmée par "J'rallume ou j'laisse faire le moustique ?" ; Priadour : durée d'apnée nécessaire au changement de la litière du chat ; Troosme : tracas de water, avec ses nombreux dérivés, parmi lesquels, par exemple, troosme-llamas : début de rouleau introuvable ou troosme-braille : W.-C. sans lumière...

(3)Xu est disponible en DVD (Collection Coprat/Arte vidéo).